les_boutons  

Station 4

Jésus rencontre Marie, sa Mère

Seigneur Jésus, Je mets en silence devant la souffrance de Ta mère et je T'offre toute la peine et la souffrance lorsque je ne peux pas secourir mes enfants souffrants. Je Te donne mon impuissance lorsque je les vois s'éloigner de Toi, ô mon Dieu, je t'offre aussi mon angoisse lorsque je les vois suivre des chemins qui ne mènent pas à Toi. Je me place, ainsi que mes enfants, sous le regard d'amour de Ta Sainte mère qui est notre mère, et unie à Tes souffrances , ô Toi qui es le Chemin, je Te suivrai sur le chemin de l'Amour,et ensemble nous arriverons au Père.


Maman, je suis fatigué…
Tellement fatigué…
Merci pour ton amour
Qui m’a porté tout le long du jour.

Il m'est un peu de fraîcheur
Coulant sur mon Coeur.
Un joli coin où me reposer…
C’est mon jardin secret.

Tu es fidèle et patiente,
tu es tellement confiante.
Et la venue de l’archange,
t'est toujours sujet de louange.

Jamais je ne t’ai quitté,
En ton cœur tu m’as porté
Les yeux tournés vers le Roi
Tes mains tendus vers Moi.

Tu es aimante sur toute la terre,
Envers tous tes enfants, mes frères,
Et tu leur montres ton Fils
Aujourd'hui comme au temps de jadis.

Et pourtant à Dieu de ton obéissance,
Une épée en est ta souffrance.
L’on maltraite Son Fils,
L'on maltraite Ton Fils.

On le juge coupable
De péchés dont il est incapable.
Ils sont tellement orgueilleux,
Tous ceux-là,
Qui ne veulent pas de Ton Dieu.

Ce Dieu
Qui s’agenouille pour servir,
Ce Dieu
Qui aime jusqu’à en mourir.
Il n'est pas ce qu'ils voulaient,
Fort et puissant tel le bélier.

Mais au contraire,
Une brebis docile qui les suit,
jusqu'au bout de la nuit,
Jusqu'à la mort au Golgotha,
Jusqu'à la mort sur la Croix.

Maman, cette épée dans ton coeur
Est fulgurante de douleur,
Mais toi tu le sais, tu l'as compris,
Qu’il faut qu’il en soit ainsi.

Car sinon tous mes frères
de par toute la Terre
ne seraient pas libre dans leur vie,
Et leur espérance n'aurait plus crédit.

Maintenant
Voilà que l’homme peut se relever,
Maintenant
Il est enfin libéré
Du joug de son péché.
Maman,
Ne me lache pas la main...