• Main navigation
Enregistrez-vous...

Index du forum


Accueil » Tous les messages

BasBas



Vendredi 20 Av ril
#1
Modérateur
Modérateur


Texte de l'Évangile (Jn 6,52-59):

Les Juifs discutaient entre eux: «Comment cet homme-là peut-il nous donner sa chair à manger?». Jésus leur dit alors: «Amen, amen, je vous le dis: si vous ne mangez pas la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n'aurez pas la vie en vous. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi je demeure en lui. De même que le Père, qui est vivant, m'a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même aussi celui qui me mangera vivra par moi. Tel est le pain qui descend du ciel: il n'est pas comme celui que vos pères ont mangé. Eux, ils sont morts; celui qui mange ce pain vivra éternellement». Voilà ce que Jésus a dit, dans son enseignement à la synagogue de Capharnaüm.

«Amen, amen, je vous le dis: si vous ne mangez pas la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n'aurez pas la vie en vous»

Abbé Àngel CALDAS i Bosch
(Salt, Girona, Espagne)


Aujourd'hui Jésus affirme trois vérités incontournables: nous devons manger et boire le corps et le sang du Fils de Dieu, si nous ne prenons pas l'Eucharistie nous ne pouvons pas avoir la Vie, nous sommes déjà dans la vie éternelle et cette vie est l'unique condition pour la résurrection (cf. Jn 6,53-58). Rien n'est plus clair dans l'Evangile que ces trois affirmations.

Souvent nous, les catholiques, nous ne sommes pas à la hauteur des conditions requises pour recevoir l'Eucharistie: parfois nous prétendons “vivre” sans pour autant satisfaire les conditions de vie demandées par Jésus, et pourtant comme l'a écrit Jean Paul II: «L'Eucharistie est un don si grand qu'il n'accepte pas d'ambiguïtés ou réductions».

“Manger pour vivre”: manger le corps du Fils de l'Homme afin de “vivre” comme le Fils de l'Homme. Ici manger signifie prendre l'Eucharistie. C'est “manger”. Et le terme “manger” est utilisé afin que le besoin d'une ressemblance et d'une identification avec Jésus soit évident: nous devons communier afin de conserver cette union intacte, c'est à dire: afin de penser, parler et aimer comme Lui. Nous, les Chrétiens, avions vraiment besoin de l'encyclique de Jean Paul II "L'église vit dans l'Eucharistie". C'est une encyclique remplie de passion: elle est comme un “feu” car l'Eucharistie est brûlante.

«J'ai ardemment désiré manger cette Pâque avec vous avant de souffrir!» (Lc 22,15) leur dit Jésus le soir du Jeudi Saint. Nous devons retrouver la ferveur eucharistique. Aucune autre religion n'a une telle initiative. C'est Dieu Lui-même qui vient directement dans le cœur de l'homme afin d'établir avec lui une mystérieuse et extraordinaire relation d'amour. Et à partir de cette union s'établit l'Eglise et ainsi nous prenons part à l'activité apostolique et ecclésiastique de l'Eucharistie.

Nous sommes à l'intérieur même du mystère, comme Thomas, qui touche les plaies de Jésus crucifié. En tant que chrétiens, nous devons réévaluer notre dévouement au mystère eucharistique tel que le Christ nous le révèle et comme l’Église nous le propose. Et nous devons retrouver cette tendresse envers l'Eucharistie et le respect d'antan: des génuflexions bien posées, plus de communions spirituelles,… Et à partir de l'Eucharistie notre prochain nous semblera plus saint tel qu'il est ainsi nous pourrons nous mettre à son service avec un dévouement tout nouveau.


Date de publication : Aujourd'hui 0:58
MA GRÂCE TE SUFFIT
Haut


Re : Quel pays ????
#2
Administrateur
Administrateur



Date de publication : Hier 14:47
Cliquez pour afficher l
Haut


Re : Quel pays ????
#3
Administrateur
Administrateur


C'est corrigé


Date de publication : Hier 9:37
Cliquez pour afficher l
Haut


Re : Jeudi 19 Avril
#4
Modérateur
Modérateur


Commentaire RCF:

Méditation Père François Lestang

: « Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire, et moi je le ressusciterai au dernier jour ».

Le projet de Dieu est clair : introduire les croyants dans la vie du monde à venir ; son moyen l’est aussi : la chair de Jésus, « donnée pour la vie du monde ». Autrement dit, c’est en partageant le chemin de Jésus dans la chair, donc en passant par l’épreuve de la croix et par la mort, que l’on entre dans la résurrection.

Et pourtant Jésus dit que celui qui mange ce pain, c’est-à-dire qui partage son obéissance au Père, celui qui va comme lui jusqu’à mourir par amour, Jésus dit que celui-là ne mourra pas, et il insiste « il vivra éternellement ». Comment entendre cela, alors que nous sommes si souvent affligés par la mort d’êtres chers ? Il me semble que l’adverbe « éternellement », qui traduit le grec eis ton aiona, nous donne une piste : la mort dont nous souffrons n’est pas éternelle, elle n’a pas le dernier mot, car, comme l’évoque le Cantique des Cantiques, l’amour fait jeu égal avec la mort, l’amour est fort comme la mort. Ce qui a le dernier mot, c’est la résurrection, c’est la vie !

Cet amour du Père pour les hommes, cet amour manifesté dans la vie de Jésus, c’est lui qui est la clé de notre attirance pour Jésus, voulue par Dieu son Père ; loin d’être des pions déplacés malgré eux sur l’échiquier de la vie, tirés à hue et à dia, nous sommes des rois et des reines, à l’image de Dieu, capables d’aimer et de répondre à l’amour qui nous a précédés et qui nous entraine sur ses pas.

Prière : Jésus, tu connais mes doutes devant la mort, que ce soit celle de mes proches ou ma propre mort. Je veux entendre ce matin ta promesse que la mort n’est pas éternelle, mais que c’est la vie avec toi qui ne passera pas, une vie d’enfant du Père.

Date de publication : Hier 8:16
Haut


Jeudi 19 Avril
#5
Modérateur
Modérateur


Texte de l'Évangile (Jn 6,44-51):

«Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire vers moi, et moi, je le ressusciterai au dernier jour. Il est écrit dans les prophètes: Ils seront tous instruits par Dieu lui-même. Tout homme qui écoute les enseignements du Père vient à moi. Certes, personne n'a jamais vu le Père, sinon celui qui vient de Dieu: celui-là seul a vu le Père. Amen, amen, je vous le dis: celui qui croit en moi a la vie éternelle. Moi, je suis le pain de la vie. Au désert, vos pères ont mangé la manne, et ils sont morts; mais ce pain-là, qui descend du ciel, celui qui en mange ne mourra pas. Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel: si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c'est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie».

«Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel»

Abbé Pere MONTAGUT i Piquet
(Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui nous louons le Seigneur de qui nous viennent la gloire et le triomphe. Le Ressuscité se présente à son Église avec ce «Je suis celui qui suis» qui le désigne comme la source de salut: «je suis le pain de la vie» (Jn 6,48). En action des grâces, la communauté constituée autour du Vivant le connaît amoureusement et accepte l'instruction de Dieu, reconnue maintenant comme l'enseignement du Père.

Le Christ, immortel et glorieux, revient nous rappeler que c'est le Père qui est au centre de tout. Ceux qui l'écoutent et y croient vivent en communion avec celui qui vient de Dieu, avec le seul qui l'a vu. Ainsi, la foi est-elle le début de la vie éternelle. Le pain vivant c'est Jésus. Ce n'est pas d'une nourriture que nous assimilons; c'est elle qui nous assimile. Jésus nous donne faim de Dieu, soif d'entendre sa Parole qui est joie et allégresse du coeur. L'Eucharistie est l'anticipation de la gloire célestielle: «Rompant le même pain eucharistique, qui est remède d'immortalité, antidote pour ne pas mourir, mais pour vivre toujours en Jésus-Christ» (Saint Ignace d'Antioche).

La communion avec la chair du Christ ressuscité doit nous habituer à tout ce qui descend du ciel, c'est à dire, à demander, à recevoir et à assumer notre véritable condition: nous sommes faits pour Dieu et Lui seul soulage pleinement notre esprit.

Mais ce pain vivant, ne nous fera pas seulement vivre un jour au delà de notre mort physique, mais il nous est donné dès à présent «pour que le monde ait la vie» (Jn 6,51). Le dessein du Père, qui ne nous a pas créés pour mourir, est lié à la foi et à l’amour. Il veut une réponse à son initiative qui soit actuelle, libre et personnelle. Chaque fois que nous mangeons de ce pain, engageons-nous dans l'Amour vrai! Nous ne vivons plus pour nous-mêmes, nous ne vivons plus dans l'erreur. Notre monde est encore beau, car il y en Un qui continue de l'aimer à l'extrême, car il existe un Sacrifice qui profite même à ceux qui l'ignorent.


Date de publication : Hier 1:19
MA GRÂCE TE SUFFIT
Haut


Re : Quel pays ????
#6
Modérateur
Modérateur


Père Jean,il n'y a pas d'image ou de texte!!

Date de publication : 18/04 21:07
Haut


Quel pays ????
#7
Administrateur
Administrateur


L'image a disparu. c'était  un dialogue entre une vache et un âne. Tous deux se préparent à une gande décision

- La vache décide d'aller en Inde parce que dans ce pays les vaches sont considérées comme des dieux.

- l'âne choisit de venir en France car, en France, les ânes peuvent devenir ministres.

joie


Date de publication : 18/04 14:34

Modifié par : lesemeur sur 19/04/2018 09:36:44
Cliquez pour afficher l
Haut


Re : Nous avons besoin de Pâques
#8
Ami NDP
Ami NDP


Je suis très heureuse Françoise, de lire tes partagés.

Date de publication : 18/04 10:32
Haut


Re : Esprit d'amour
#9
Ami NDP
Ami NDP


Merci FRANÇOISE, c'est une très belle prière, je pas trop longue et très juste.

Date de publication : 18/04 10:29
Haut


Re : Mercredi 18 Avril
#10
Modérateur
Modérateur


L'approche proposée par RCF

Méditation Père François Lestang « Non pas ma volonté, mais la volonté de Celui qui m'a envoyé ».

Jésus aime tellement son Père, il a une telle confiance en Lui, en son dessein de vie pour les hommes qu'il est prêt à tout risquer, à risquer son jugement, à risquer sa propre vie. Dans ce texte, choisir la volonté du Père plutôt que la sienne signifie pour Jésus ne rejeter aucun de ceux qui vont croire en lui, au-delà des apparences, au-delà de tout préjugé. C'est déjà un véritable acte de confiance, mais aussi un véritable abandon.

C'est une grâce que nous pouvons aussi demander pour nous : accueillir nos frères et soeurs chrétiens, avec leurs différences, leurs étrangetés à nos yeux. Dans le combat spirituel du jardin des Oliviers, les autres évangélistes rapportent cette prière de Jésus à son Père, à la veille de sa mort : « non pas ma volonté, mais la tienne ». Ils évoquent aussi le temps qu'il faut à Jésus pour accepter pleinement cette volonté du Père, qui passe par l'épreuve de la souffrance, et qui le conduit à la mort. Pourquoi alors accepter la volonté d'un autre, si elle me conduit à souffrir ? Pourquoi ne pas faire confiance à mon instinct de survie, et m'enfuir devant l'épreuve ? D'un côté, nous savons tous que l'humanité est capable de dépassement, d'héroïsme quand d'autres vies sont en jeu.

Mais Jésus est bien plus qu'un héros qui se sacrifie pour une cause ; il est le Fils qui manifeste l'amour du Père, il est le bon berger qui donne librement sa vie pour ses brebis, c'est-à-dire pour moi, pour nous. Il est venu pour que nous ayons la vie, et il a choisi le chemin qui nous la donne, celui de l'offrande de soi.

Prière : Seigneur Jésus, tu es venu pour faire la volonté de ton Père, volonté d'accueil et de vie, volonté qui traverse la mort et ouvre la résurrection. Je te présente toutes mes méfiances, tout ce qui en moi ne veut pas accueillir les frères que tu m'envoies ou les épreuves que tu me proposes. Jésus, j'ai confiance en toi.

Date de publication : 18/04 09:51
Haut



(1) 2 3 4 ... 1549 »



Couleur liturgique

Temps :

Pâques

Couleur :

BLANC

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !