• Main navigation
Enregistrez-vous...


Parcourir cette discussion :   1 Utilisateurs non enregistré en ligne






Homélie pour le cinquième Dimanche de Carême
#1
Modérateur
Modérateur


Informations utilisateur
Homélie pour le cinquième Dimanche de Carême - Année B - Jn. 12, 20-33




"Parmi ceux qui montaient pour adorer durant la fête, il y avait quelques Grecs. Ils abordèrent Philippe (de Bethsaïde en Galilée) et lui firent cette demande : «Nous voudrions voir Jésus.» Philippe vint le dire à André ; puis André et Philippe allèrent ensemble le dire à Jésus.

"Jésus leur adressa la parole : «Voici venue l'heure où doit être glorifié le Fils de l'Homme, leur dit-il. En vérité, en vérité je vous le dis, si le grain tombé dans la terre ne meurt pas, il reste seul ; s'il meurt, il porte beaucoup de fruits. Celui qui aime sa vie la perd, et celui qui hait sa vie en ce monde la conservera pour la vie éternelle. Si quelqu'un veut me servir, qu'il me suive ; et là où je suis, là sera aussi mon serviteur. Si quelqu'un me sert, le Père l'honorera. Mon âme est à présent dans le trouble. Et que dire ? ... : Père, sauve-moi de cette heure ! Mais c'est précisément pour cela que je suis venu à cette heure. Père, glorifie ton nom !» Et du ciel vint une voix : «Je l'ai glorifié et je le glorifierai encore.»

"La foule des assistants qui avaient entendu, disaient que c'était le tonnerre. D'autres : «Un ange lui a parlé.» Jésus dit : «Ce n'est pas pour moi que cette voix a retenti, mais pour vous autres. C'est maintenant qu'a lieu le jugement du monde. C'est maintenant que va être expulsé le prince de ce monde. Et moi, lorsque je serai élevé de terre, j'attirerai tous les hommes à moi.» Et ce disant, il faisait allusion au genre de mort qu'il devait subir."



Homélie :

"Parmi ceux qui montaient pour adorer durant la fête, il y avait quelques Grecs. Ils abordèrent Philippe (de Bethsaïde en Galilée) et lui firent cette demande : «Nous voudrions voir Jésus.» Philippe vint le dire à André ; puis André et Philippe allèrent ensemble le dire à Jésus."

Nous sommes aujourd'hui au dimanche de la Passion. Une semaine avant le dimanche des Rameaux, l'Eglise veut que nous nous préparions déjà à célébrer le Christ dans son triomphe le jour où il entra solennellement à Jérusalem acclamé par une foule nombreuse. Déjà, l'Eglise veut que nous n'oubliions surtout pas que, si la Passion de Jésus eut lieu et si la nôtre doit être aussi notre partage tout au long de notre vie, néanmoins, la gloire et le triomphe à la suite du Christ nous attend pour la vie éternelle. Mais, nous le savons, et c'est l'Esprit qui en témoigne à notre esprit, la vie éternelle est déjà commencée ici-bas dans notre vie temporelle et passagère : déjà, nous sommes glorifiés avec le Christ ressuscité, et c'est fort de ce triomphe et de cette glorification anticipée que nous marchons à la suite du Sauveur, portant courageusement, avec l'aide de la grâce de Dieu, nos petites croix de chaque jour.

L'évangile de ce dimanche raconte un épisode qui se passa le jour même du dimanche des Rameaux. C'est le grand triomphe de Jésus ! Et quelques Grecs demandent à voir le Messie ! Jésus va en profiter pour expliquer à tous le vrai sens de cette manifestation solennelle. Car rien n'est laissé au hasard dans cette entreprise divine que constitue le salut du monde. Tout a son sens, sa signification, mais surtout sa part de Mystère !

"Jésus leur adressa la parole : «Voici venue l'heure où doit être glorifié le Fils de l'Homme, leur dit-il. En vérité, en vérité je vous le dis, si le grain tombé dans la terre ne meurt pas, il reste seul ; s'il meurt, il porte beaucoup de fruits. Celui qui aime sa vie la perd, et celui qui hait sa vie en ce monde la conservera pour la vie éternelle. Si quelqu'un veut me servir, qu'il me suive ; et là où je suis, là sera aussi mon serviteur. Si quelqu'un me sert, le Père l'honorera.»"

Jésus est le Messie. C'est vrai. Mais il reste quand même un homme comme les autres, sauf qu'il ne porte pas en lui la moindre trace de péché. Il ne peut en être autrement : si Jésus n'était pas pleinement homme, il n'aurait jamais pu nous sauver pleinement. Mais vivant sa vie d'homme, le Christ est sans cesse instruit par l'Esprit qui repose sur lui en plénitude. Pas un instant de sa vie, depuis sa conception dans le sein de la Vierge Marie, Jésus n'est délaissé et abandonné par Celui qui le guide et qui l'instruit, par l'intermédiaire du Verbe, sous le regard bienveillant du Père. Toute sa vie, Jésus sait, dans l'Esprit, qu'un jour son heure viendrait. Et, maintenant, cette heure est arrivée : "Voici venue l'heure où doit être glorifié le Fils de l'Homme." Jésus en est sûr, il le sait, l'Esprit le lui a dit, il n'y a pas d'alternative : c'est "maintenant" !

Jésus explique ensuite ce qui doit lui arriver, et ce qui doit aussi arriver à tous ceux qui veulent marcher à sa suite. "En vérité, en vérité je vous le dis, si le grain tombé dans la terre ne meurt pas, il reste seul ; s'il meurt, il porte beaucoup de fruits." Jésus veut donner sa vie pour le salut du monde : pour gagner à son Père une multitude de frères et de soeurs, il veut donner sa propre vie, car, c'est ainsi qu'il ne sera plus seul mais que, avec tous ses frères et soeurs ressuscités en lui, il formera ce grand Corps qu'est l'Eglise. Nous aussi, à la suite de Jésus, et avec lui, dans l'Esprit, nous sommes invités à donner notre propre vie à Dieu, en sacrifice spirituel, afin que le Corps de l'Eglise se fortifie et grandisse, avançant toujours vers l'unité parfaite de tous les croyants en Jésus Fils de Dieu.

Dans notre vie de chaque jour, il ne manque pas d'occasions d'être charitable avec les personnes que nous rencontrons, même si nous les supportons difficilement, favorisant les liens et les relations avec un tel ou un tel, permettant ainsi à l'Esprit de Dieu d'agir dans le coeur des hommes en vue de l'unité de tous. Que chaque jour nous puissions dire avec Saint Paul : "Ce qui manque aux épreuves du Christ, je l'achève en ma chair pour son corps, qui est l'Eglise." (Col. 1, 24)

"«Mon âme est à présent dans le trouble. Et que dire ? ... : Père, sauve-moi de cette heure ! Mais c'est précisément pour cela que je suis venu à cette heure. Père, glorifie ton nom !» Et du ciel vint une voix : «Je l'ai glorifié et je le glofierai encore.»

Est-ce facile de porter chaque jour sa croix ? Certainement pas ! La preuve : Jésus lui-même a ressenti du trouble à l'heure du sacrifice suprême. "Mon âme est à présent dans le trouble. Et que dire ? ... : Père, sauve-moi de cette heure !" Assurément, Jésus aurait pu éviter de passer par cette humiliation d'être troublé, et cela, publiquement. Mais son Amour est si grand, sa Miséricorde si débordante, qu'il n'hésita pas à souffrir pour nous le plus qu'il pouvait. Ce fut d'ailleurs pire le soir du Jeudi-Saint, la veille de sa Passion, alors qu'il était en prière au Jardin des Oliviers : "Père, s'il te plaît, éloigne de moi cette coupe ! Toutefois, que ta volonté soit faite, et non la mienne." (Lc. 22, 42)

Mais Jésus, un instant troublé, se reprend très vite, et déclare : "Mais c'est précisément pour cela que je suis venu à cette heure. Père, glorifie ton nom !" Et la glorification ne tarde pas. Une fois le sacrifice accompli, ici un sacrifice spirituel, le Père glorifie son Fils en faisant entendre sa voix : "Je l'ai glorifié et je le glorifierai encore." Ce fut pareil au Jardin des Oliviers. Après avoir été tenté de découragement, Jésus décide résolument d'aller au supplice qui l'attend : "C'en est fait ! L'heure est venue ; voici que le Fils de l'Homme est livré aux mains des pécheurs. Levez-vous, allons ; celui qui me livre est là !" (Mc. 14, 41-42) Mais il fallut attendre le dimanche de la Résurrection pour assister à la glorification du Fils par le Père, dans l'Esprit.

"La foule des assistants qui avaient entendu, disaient que c'était le tonnerre. D'autres : «Un ange lui a parlé.» Jésus dit : «Ce n'est pas pour moi que cette voix a retenti, mais pour vous autres. C'est maintenant qu'a lieu le jugement du monde. C'est maintenant que va être expulsé le prince de ce monde. Et moi, lorsque je serai élevé de terre, j'attirerai tous les hommes à moi.» Et ce disant, il faisait allusion au genre de mort qu'il devait subir."

"Ce n'est pas pour moi que cette voix a retenti, mais pour vous autres." Jésus, en effet, n'a pas besoin de ce secours extérieur, de cette consolation sensible : il a en lui l'Esprit qui le console puissamment, car l'Esprit est Puissance de Dieu. Jésus est et demeure tout-puissant. Même dans les plus grandes faiblesses de sa Passion, alors qu'il était agonisant sur la Croix du Calvaire, le Christ demeurait maître de tout et capable des actes les plus extraordinaires. Il en donna même la preuve lorsque, épuisé, tout à fait incapable de quoi que ce soit, humainement parlant, il expira après avoir poussé un grand cri, que seule la Puissance même de Dieu était alors capable de lui permettre d'accomplir : "Poussant alors un grand cri, Jésus dit : «Père, je remets mon esprit entre tes mains.» Et sur ces mots, il expira." (Lc. 23, 46) "Le centurion en faction devant Jésus, voyant qu'il avait expiré ainsi, dit : «Assurément, cet homme était Fils de Dieu.»" Non, si la voix du Père retentit, ce ne fut pas pour Jésus lui-même, mais bien pour nous, pour les membres de son Corps mystique : Jésus voulait paraître impuissant et troublé, afin de ressembler davantage à nous et d'être ainsi notre modèle.

Date de publication : 18/03 00:26
MA GRÂCE TE SUFFIT
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







Vous pouvez consulter les sujets.
Vous ne pouvez pas débuter un nouveau sujet.
Vous ne pouvez pas répondre aux messages.
Vous ne pouvez pas modifier vos messages.
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages.
Vous ne pouvez pas créer des sondages.
Vous ne pouvez pas participer aux sondages.
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers à vos messages.
Vous ne pouvez pas publier vos messages sans approbation.
Vous ne pouvez pas utiliser ce type de sujet.
Vous ne pouvez pas utiliser le HTML.
Vous ne pouvez pas utiliser une signature dans vos messages.
Vous ne pouvez pas créer un pdf.
Vous ne pouvez pouvez pas obtenir une page d'impression.

[Recherche avancée]


Couleur liturgique

Temps :

Pentecote

Couleur :

ROUGE

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !