• Main navigation
Enregistrez-vous...


Parcourir cette discussion :   1 Utilisateurs non enregistré en ligne






Lundi 5 Février
#1
Modérateur
Modérateur


Informations utilisateur
Texte de l'Évangile (Lc 9,23-26):

Puis il dit à tous: «Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge chaque jour de sa croix, et qu'il me suive. Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la sauvera. Et que servirait-il à un homme de gagner tout le monde, s'il se détruisait ou se perdait lui-même? Car quiconque aura honte de moi et de mes paroles, le Fils de l'homme aura honte de lui, quand il viendra dans sa gloire, et dans celle du Père et des saints anges».

«Celui qui voudra sauver sa vie la perdra»

Abbé Jesús VEGA Mesa
(San Antonio Abad de Tamaraceite, Espagne)


Aujourd'hui nous fêtons la mémoire de sainte Agathe, vierge probablement martyrisée durant la persécution de Dèce. Notre instinct nous pousse à nous protéger, à fuir la douleur et la mort. Sauf exceptions curieuses, tous nous tenons à la vie. Et à trop vouloir la sauver, bien souvent nous la perdons. Pour vraiment sauver notre vie, il faut —apparemment— la perdre. Beaucoup de gens sont morts en combattant pour défendre les autres. Beaucoup de missionnaires et de volontaires ont donné leur vie en travaillant pour la justice et pour annoncer le message de Jésus. Ils n’ont pas perdu leur vie: ils l’ont gagnée!

Telle est la loi du chrétien. Telle est la conséquence du fait de suivre Jésus. Si quelqu’un veut être son disciple, Il nous l’a clairement fait savoir: «qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge chaque jour de sa croix, et qu'il me suive» (Lc 9,23). Il n’est pas possible d’être en même temps “chrétien” et pantouflard et égoïste. Un bon père, une bonne mère savent qu’il leur revient de “donner leur vie” pour leurs enfants: nuits de veille, sacrifices, efforts, travail, patience… C’est cela être chrétien: être disposé à donner sa vie à tout instant.

C’est ce qu’avait compris sainte Agathe, qui naquît en Sicile au IIIe siècle. Il n’était pas possible de concilier le fait de suivre Jésus avec décision et, en même temps, de répondre aux sollicitations du gouverneur, qui tâchait de l’obliger à renoncer à sa promesse de virginité. Agathe, jeune fille chrétienne, reçut de dures et cruelles menaces de mort. Mais elle avait déjà bu aux sources de l’Évangile: «Celui qui voudra sauver sa vie la perdra» (Lc 9,24). Et elle demanda la force au Seigneur pour ne pas succomber.

Il n’est pas facile aujourd’hui de résister aux appels de la société à une vie facile, commode et sans engagements. On nous promet un “salut” qui ne viendra jamais. On nous trompe. Comme sainte Agathe, nous devons nous aussi prier aujourd’hui avec le Psaume: «Garde-moi comme la prunelle de tes yeux, à l’ombre de tes ailes cache-moi de ces impies qui m’accusent, de ces ennemis acharnés qui m’encerclent» (Ps 17, 8-9).


Date de publication : 05/02 01:35
MA GRÂCE TE SUFFIT
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Lundi 5 Février
#2
Modérateur
Modérateur


Informations utilisateur
Lundi 5 février

Texte de l'Évangile (Mc 6,53-56): Ayant traversé le lac, ils abordèrent à Génésareth et accostèrent. Ils sortirent de la barque, et aussitôt les gens reconnurent Jésus: ils parcoururent toute la région, et se mirent à transporter les malades sur des brancards là où l'on apprenait sa présence. Et dans tous les endroits où il était, dans les villages, les villes ou les champs, on déposait les infirmes sur les places. Ils le suppliaient de leur laisser toucher ne serait-ce que la frange de son manteau. Et tous ceux qui la touchèrent étaient sauvés.

«Tous ceux qui la touchèrent étaient sauvés»
Fr. John GRIECO
(Chicago, Etats-Unis)
Aujourd'hui, dans l’Évangile du jour, nous voyons le magnifique "pouvoir du contact" avec la personne de Notre Seigneur: «L’on mit les malades sur les places et on lui demandait de toucher seulement la frange de son manteau; et tous ceux qui la touchèrent étaient sauvés» (Mc 6,56). Le plus petit contact physique peut opérer des miracles pour ceux qui s’approchent du Christ avec foi. Son pouvoir de guérison déborde de son cœur aimant et s’étend même à ses vêtements. Tous deux —capacité et désir plénier de guérir— sont abondants et d’accès facile.

Ce passage peut nous aider à méditer sur la manière dont nous recevons le Seigneur dans la Sainte Communion. Est-ce que nous communions avec la certitude que ce contact peut opérer des miracles dans nos vies? Nous faisons plus que toucher «la frange de son manteau»: nous recevons réellement le Corps du Christ dans nos corps. Plus qu’une simple guérison de nos maladies physiques, la Communion guérit nos âmes et leur garantit la participation à la vie-même de Dieu. Saint Ignace d’Antioche voyait ainsi dans l’Eucharistie «la médecine de l’immortalité et l’antidote contre la mort, qui procure ce qu’éternellement nous devons vivre en Jésus-Christ».

Le profit de cette "médecine d’immortalité" consiste à être guéri de tout ce qui nous sépare de Dieu et des autres. Être guéri par le Christ dans l’Eucharistie implique par conséquent de dépasser les replis sur soi. Ainsi que l’enseigne Benoît XVI, «Se nourrir du Christ est le chemin pour ne pas demeurer indifférents devant le sort de nos frères (…). Une spiritualité eucharistique est alors un authentique antidote contre l’individualisme et l’égoïsme qui caractérisent souvent la vie quotidienne, elle porte à redécouvrir la gratuité, la centralité des relations, à partir de la famille, avec le souci particulier de soulager les blessures de celles qui sont désunies».

Comme ceux qui furent guéris de leurs maladies en touchant ses vêtements, nous pouvons nous aussi être guéris de notre égoïsme et de notre isolement, en recevant Notre Seigneur avec foi.

«Ils sortirent de la barque, et aussitôt les gens reconnurent Jésus»
Abbé Joaquim MONRÓS i Guitart
(Tarragona, Espagne)
Aujourd'hui, nous contemplons la foi des habitants de cette région que Jésus a parcourue pour le salut des âmes. Le Seigneur est maître de notre âme et de notre corps, c'est pourquoi ils n'hésitaient pas à lui apporter les malades: «Et tous ceux qui la touchèrent étaient sauvés» (Mc 6,56). Nous avons de nos jours, comme cela a toujours été, des malades de corps et d'âme. Il faut que nous mettions à la disposition de nos parents, amis et connaissances tous les moyens possibles, humains et surhumains, pour les approcher du Seigneur. Nous pouvons le faire, tout d'abord, en priant pour eux, en demandant leur guérison spirituelle et corporelle. S'ils souffraient d'une maladie quelconque, nous n'hésiterions pas à nous renseigner pour savoir s'il existe un traitement adéquat, s'il y a des gens qui pourraient les soigner…

Lorsqu'il s'agit d'une "maladie" de l'âme (mais bien visible à l'extérieur) par exemple être un de nos enfants, frères, ou parents n'assistant pas à la messe le dimanche, il faut, en plus de prier pour eux, leur proposer un remède, en leur soumettant une pensée ou une orientation susceptible de les motiver, pensée que nous pourrions nous-mêmes trouver dans les enseignements catholiques (comme par exemple, la Lettre Apostolique de Jean-Paul II Le jour du Seigneur ou l'un des points du Catéchisme de l'église catholique).

Si le frère "malade" représente une autorité publique, autorisant ou maintenant, une loi injuste —comme peut l'être la dépénalisation de l'avortement— il ne faut pas hésiter, en plus de prier pour eux, à chercher l'opportunité de leur transmettre —oralement ou par écrit— notre témoignage de la vérité.

«Nous ne pouvons pas ne pas dire ce que nous avons vu et entendu» (Act 4,20). Nous avons tous besoin du Sauveur. Quand les gens ne s'approchent pas de Lui c'est parce qu'ils ne l'ont pas encore reconnu, peut-être parce que nous n'avons pas su le leur annoncer. Le fait est que dès qu'ils le reconnaissaient, «on déposait les infirmes sur les places. Ils le suppliaient de leur laisser toucher ne serait-ce que la frange de son manteau» (Mc 6,56). Jésus les guérissait tous, d'autant plus quand certains «déposaient» (mettaient à la portée du Seigneur) ceux qui en avaient le plus besoin.

Evangelizo.

Date de publication : 05/02 08:47
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







Vous pouvez consulter les sujets.
Vous ne pouvez pas débuter un nouveau sujet.
Vous ne pouvez pas répondre aux messages.
Vous ne pouvez pas modifier vos messages.
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages.
Vous ne pouvez pas créer des sondages.
Vous ne pouvez pas participer aux sondages.
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers à vos messages.
Vous ne pouvez pas publier vos messages sans approbation.
Vous ne pouvez pas utiliser ce type de sujet.
Vous ne pouvez pas utiliser le HTML.
Vous ne pouvez pas utiliser une signature dans vos messages.
Vous ne pouvez pas créer un pdf.
Vous ne pouvez pouvez pas obtenir une page d'impression.

[Recherche avancée]


Couleur liturgique

Temps :

Pentecote

Couleur :

ROUGE

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !