• Main navigation
Enregistrez-vous...


Parcourir cette discussion :   1 Utilisateurs non enregistré en ligne






SAINTE FÊTE DE PÂQUE
#1
Modérateur
Modérateur


Informations utilisateur
Homélie pour le Dimanche de Pâques - Année B - Jn. 20, 1-9

par

le Père Daniel Meynen


"Le premier jour qui suivait le sabbat, de grand matin, lorsqu'il faisait encore noir, Marie de Magdala se rendit au sépulcre ; elle vit la pierre enlevée du tombeau. Elle court donc auprès de Simon-Pierre et de l'autre disciple que Jésus aimait et leur dit : «On a enlevé du tombeau le Seigneur, et nous ne savons pas où on l'a mis !» Pierre partit avec l'autre disciple, et ils se rendirent au tombeau. Ils couraient tous les deux, mais l'autre disciple, plus rapide que Pierre, prit les devants et arriva le premier au tombeau. Il se pencha, vit les linges posés là, mais il n'entra pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour ; il entre dans le caveau, voit les linges posés là, ainsi que le suaire qui avait couvert la tête de Jésus, non pas avec les linges, mais enroulé à part à une autre place. Alors l'autre disciple, arrivé le premier, s'introduisit à son tour dans le tombeau. Il vit et il crut. En effet, ils n'avaient pas encore compris, d'après l'Ecriture, qu'il devait ressusciter des morts."



Homélie :


"Le premier jour qui suivait le sabbat, de grand matin, lorsqu'il faisait encore noir, Marie de Magdala se rendit au sépulcre ; elle vit la pierre enlevée du tombeau."

Christ est ressuscité ! Depuis des siècles, chaque année, les Chrétiens proclament la Résurrection du Seigneur Jésus ! Cette année encore, nous proclamons et nous annonçons au monde entier : Christ est ressuscité !

Si nous agissons ainsi, c'est parce que notre foi nous enseigne que Jésus de Nazareth, qui est né il y a deux mille ans, est mort et ressuscité dans l'Esprit-Saint pour la gloire du Père tout-puissant. De siècle en siècle, d'année en année, cet événement de la Résurrection du Sauveur s'est perpétué à travers la mémoire de l'Eglise, à travers la mémoire de tous ceux et celles qui nous ont précédés dans la foi. Depuis les Apôtres jusqu'à nous, une chaîne ininterrompue d'hommes et de femmes a servi de moyen pour nous transmettre cette vérité de notre foi : Christ est ressuscité !

Le premier maillon de cette chaîne humaine, la première personne qui nous précède tous dans la foi en Jésus ressuscité, c'est bien sûr Marie, la Mère de Jésus. En pleine nuit, dès qu'il fut ressuscité, Jésus s'empressa d'aller visiter sa Mère afin de lui témoigner toute son affection et pour la consoler de l'épreuve suprême qu'elle a dû subir au pied de la Croix du Calvaire. Cette visite de Jésus à sa Mère, c'est précisément la mémoire de l'Eglise qui nous la rapporte jusqu'à nos jours.

Si Marie, la Mère de Jésus, est bien le premier maillon de cette chaîne humaine, alors, il est clair que tous les autres maillons, tous les hommes et toutes les femmes qui ont proclamé Jésus ressuscité durant leur vie sont maintenant dans la gloire de Dieu, auprès de Marie, leur Mère, et notre Mère à tous. Proclamer Jésus ressuscité, c'est oeuvrer pour le salut de son âme : "C'est en professant en parole qu'on parvient au salut." (Rm. 10, 10) Nous aussi, Chrétiens de l'an 2000, oeuvrons pour notre salut, proclamons avec fermeté et avec courage : Christ est ressuscité !

"Elle court donc auprès de Simon-Pierre et de l'autre disciple que Jésus aimait et leur dit : ´On a enlevé du tombeau le Seigneur, et nous ne savons pas où on l'a mis !ª Pierre partit avec l'autre disciple, et ils se rendirent au tombeau."

Quand Marie Madeleine se rend compte que le corps de Jésus a disparu, elle ne sait pas encore très bien ce qui s'est passé. Mais son instinct féminin lui fait comprendre que quelque chose de très important vient d'arriver. Elle va aussitôt prévenir Pierre et les autres Apôtres réunis au Cénacle. Sans aucun doute, l'Esprit-Saint, qui guide la mémoire de l'Eglise, lui vient en aide, car la mission à remplir est de taille. Surtout, c'est la foi de Marie, la Mère de Jésus, qui l'accompagne tout au long de sa route. Car la foi de Marie est une foi toute-puissante, sans tache, "une foi que nul doute n'altère" (Concile Vatican II, "Lumen gentium", n. 63) C'est sur cette foi de Marie, premier maillon de cette chaîne de croyants, que Marie Madeleine prend appui, même sans s'en douter, tout comme nous, aujourd'hui, nous nous appuyons sur la foi de tous ceux et celles qui nous ont précédés mais que nous ne connaissons pas. En entendant les paroles de Marie Madeleine, touchés par leur puissance, qui est celle-là même de la foi de Marie, la Mère de Jésus, Pierre et Jean quittent aussitôt le Cénacle et se rendent en hâte au tombeau.

"Ils couraient tous les deux, mais l'autre disciple, plus rapide que Pierre, prit les devants et arriva le premier au tombeau. Il se pencha, vit les linges posés là, mais il n'entra pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour ; il entre dans le caveau, voit les linges posés là, ainsi que le suaire qui avait couvert la tête de Jésus, non pas avec les linges, mais enroulé à part à une autre place. Alors l'autre disciple, arrivé le premier, s'introduisit à son tour dans le tombeau. Il vit et il crut."

Après Marie, la Mère de Jésus, et Marie Madeleine, Jean, le disciple que Jésus aimait, croit à son tour, et il écrit : "Il vit et il crut." Le Corps de l'Eglise qui croit à la Résurrection du Christ est maintenant complet. Marie, Marie Madeleine, et Jean constituent en effet un corps complet : il y a Marie, qui est Médiatrice, et les deux membres qu'elle unit entre eux par sa médiation, savoir Marie Madeleine et Jean. Ces deux derniers font respectivement partie de l'Eglise enseignée, et de l'Eglise enseignante. Il ne reste donc plus qu'un membre qui manque : la Tête de ce Corps mystique, ou plutôt, son représentant sur terre, le Pape. C'est pourquoi Jean, dans son récit, commence par dire que lui-même a cru en la Résurrection du Sauveur. Ensuite, il parle de Pierre et de lui-même en disant : "Ils n'avaient pas encore compris, d'après l'Ecriture, qu'il devait ressusciter des morts."

Fort de la foi de Marie, de celle de Marie Madeleine, et de celle de Jean, Pierre, le Prince des Apôtres croit à son tour à la Résurrection du Christ. Pourquoi Pierre ne fut-il pas le premier à croire ? Est-ce une faiblesse ? Une punition pour son reniement ? Nullement. C'est tout simplement l'ordre voulu par le Seigneur lui-même. En effet, celui qui guide la mémoire de l'Eglise au fil des siècles, c'est l'Esprit de Dieu qui agit en tous et partout. Pierre, et son Successeur, le Pape, qui ne peut être partout et agir en tous, est là pour confirmer l'action de l'Esprit dans l'Eglise et dans le monde : "Quand tu te seras ressaisi, disait Jésus à Pierre, confirme tes frères." (Lc. 22, 32)

En ce jour de Pâques 2000, demandons à l'Esprit de Dieu, demandons à Marie, demandons à tous les saints du ciel et de la terre, de faire de nous des apôtres ardents et fidèles de la Résurrection du Seigneur ! "Amen ! Viens, Seigneur Jésus !" (Ap. 22, 20)
________________________________________


Date de publication : 01/04 00:28
MA GRÂCE TE SUFFIT
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







Vous pouvez consulter les sujets.
Vous ne pouvez pas débuter un nouveau sujet.
Vous ne pouvez pas répondre aux messages.
Vous ne pouvez pas modifier vos messages.
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages.
Vous ne pouvez pas créer des sondages.
Vous ne pouvez pas participer aux sondages.
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers à vos messages.
Vous ne pouvez pas publier vos messages sans approbation.
Vous ne pouvez pas utiliser ce type de sujet.
Vous ne pouvez pas utiliser le HTML.
Vous ne pouvez pas utiliser une signature dans vos messages.
Vous ne pouvez pas créer un pdf.
Vous ne pouvez pouvez pas obtenir une page d'impression.

[Recherche avancée]


Couleur liturgique

Temps :

Pentecote

Couleur :

ROUGE

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !